Pc-Boost.com : le site de l'actualité informatique, de l'overclocking et de l'optimisation hardware !
Pseudo : Mot de passe :
S'enregistrer

Et les modifications des tensions ?


L'overclocking, qu'est-ce, pourquoi, et comment ? (bis)
Et les modifications des tensions ?

Nous rentrons dans un sujet un peu particulier. Expliquons d’abord ce qu’est par exemple un vcore sur un processeur, et comment il a été attribué par le fondeur et pourquoi. La définition du vcore, c’est la tension appliquée au cœur du processeur pour le rendre stable en toutes circonstances (contraintes de temps, température, humidité du socket qui est le support sur lequel se fixe le processeur, refroidissement, …), et qui a été testé en laboratoire pour obtenir un rapport puissance/consommation somme toute raisonnable. Nous avons pu voir que lors de la fabrication des processeurs, le wafer (galette de silicium) utilisé peut varier en qualité et la gravure aussi. Ainsi, le fondeur va ensuite faire des échantillonnages sur les différentes séries pour savoir quelles fréquences peuvent être atteintes avec une certaine tension minimum. On imagine bien que qui peut le plus peut le moins, mais pas l’inverse, et donc les puces qui peuvent atteindre les fréquences les plus hautes sont forcément les moins nombreuses, mais également les plus chères. C’est ainsi par exemple que dans une même série de processeurs, certains ont une appellation spécifique pour aller à très haute fréquence, et d’autres une autre appellation pour tourner un peu moins vite. Certaines sont même déclassées pour faire des processeurs avec des cores (cœurs) en moins et/ou de la mémoire cache en moins (mémoire de différents niveaux pour les instructions, intégrée au processeur). Vous l’avez compris, on ne jette rien, et les meilleures puces donnent les processeurs les plus puissants.

Une fois que les différentes séries sont repérées, et toujours par échantillonnage, ces dernières sont testées dans des environnements divers, et par exemple, lorsqu’elles sont soumises à des températures plus importantes (comme dans les pays chauds), ont tendance à devenir instables. Le fondeur leur applique alors une tension légèrement plus élevée pour garantir leur stabilité, quelle que soit ensuite la destination de ces puces, et en gardant une tolérance suffisante pour leur assurer un fonctionnement optimal. C’est alors ce qui est appelé le vcore. De plus, en fonction de la fréquence et du vcore, le processeur va avoir ce qu’on appelle une enveloppe thermique TDP (Thermal Design Power) limitée à une certaine valeur maximale en Watt. Ainsi, lorsque le processeur fonctionne en économie d’énergie, il va consommer très peu, lorsqu’il va fonctionner à sa fréquence normale, il aura une consommation en rapport et proche du TDP maximum, et lorsqu’il fonctionnera à des fréquences plus hautes mais avec seulement un certain nombre de cores sur l’ensemble, cette technologie augmentera encore le vcore de ces cœurs pour leur assurer leur stabilité, tout en restant au maximum à la limite du TDP désigné (technologie Turbo Core chez AMD ou Turbo Boost chez Intel).

Ainsi, le vcore appliqué reste à chaque fois en corrélation avec la fréquence de fonctionnement des cores du processeur. Dans l’overclocking, le même principe est appliqué, mais avec des dimensions bien plus importantes.

On l’a vu, chaque processeur a ses limites et n’est pas comparable à autres d’une même série y compris si ses caractéristiques de base restent les mêmes. Lorsque sa fréquence va être augmentée, il va vite devenir instable à partir d’une certaine limite, et pour parer à ce problème, il faudra augmenter ce fameux vcore. Bien sûr, d’une part il va y avoir un dégagement de chaleur bien plus important, et donc une enveloppe thermique revue à la hausse, et de ce fait, la modification du vcore devra se faire avec une certaine parcimonie, pour éviter d’aller dans les excès. Et à chaque fois, il faudra tester la stabilité sous OCCT ou Prime95, et bien entendu, vérifier sa température !

C’est ainsi que l’overclocking se fera par paliers, et au fur et à mesure, en testant à chaque fois, et en recommençant autant de fois que nécessaire. Bien sûr, à un moment donné, il va y avoir une augmentation exponentielle du vcore par rapport au gain en fréquence, et vous arriverez alors à la limite du possible avec le refroidissement que vous aurez (d’où l’importance de ce dernier !).

Il en va donc de même avec d’autres puces comme par exemple celle du chipset nord, lorsque vous augmentez sa fréquence de fonctionnement ! À la seule différence près que très souvent ce dernier devra se contenter du refroidissement d’origine, à savoir en général un radiateur passif !

Vous comprendrez donc vite qu’il vaut alors mieux limiter l’augmentation de sa tension ou alors qu’elle devra aussi se faire avec beaucoup de parcimonie, et une certaine prudence pour éviter de griller la puce !

Quelques tutoriels seront disponibles par la suite pour que vous puissiez affiner vos réglages en fonction de votre matériel.

l_overclocking_qu_est_ce_pourquoi_et_comment_bis/401



<-- Le refroidissement.Et les autres composants comme par exemple les cartes graphiques, la mémoire, … ? -->