Pc-Boost.com : le site de l'actualité informatique, de l'overclocking et de l'optimisation hardware !
Pseudo : Mot de passe :
S'enregistrer

Lexique


Et les spécifications du GPU, de ma mémoire, la version DirectX… dans tout ça ?


Pour expliquer tout cela, voici un petit lexique :


L'interface : c'est ce que l'on appelle l'interface graphique ou même physique, à savoir la technologie employée pour la jonction électronique (électrique) et mécanique avec la carte mère. Les dernières en date sont l'AGP 8X et le PCI-Express (le plus récent). Il faut tout de même savoir qu'actuellement, le seul intérêt du PCI-Express sur l'AGP est le fait de pouvoir faire fonctionner deux cartes en parallèle en les branchant suivant la technique appelée SLI, chose impossible en AGP. Côté performances, si on se tient à une seule carte, le PCI-Express n'apporte quasiment rien de plus que l'AGP (maximum 5% de plus !). En fait, le choix de l'interface se fera en fonction du matériel sur lequel sera utilisée la carte graphique.

Le support de Direct X : c'est la version de Direct X, à savoir que cette version évolue dans le temps. A l'heure où j'écris ces lignes, la dernière version est la Direct X 9.0c. Plus la version supportée est élevée et plus la carte est récente et capable de réaliser et de satisfaire les calculs qui vont lui être demandés de faire.

Le GPU : (Graphic Processor Unit) c'est le processeur embarqué sur la carte. Il est spécialisé pour le calcul des différentes opérations qui vont permettre d'obtenir une image à l'écran. En principe, plus il est rapide, plus il est puissant, mais c'est sans compter encore une fois avec la compatibilité de DirectX et les différentes évolutions de pipelines, de vertex… En principe et pour expliquer simplement, là encore, plus le nombre de pipelines et de vertex est grand, plus le processeur est récent et puissant.

La mémoire : c'est la quantité de mémoire embarquée sur la carte et qui va lui permettre d'être plus ou moins puissante. Comme j'ai pu vous l'expliquer auparavant, l'évolution des cartes a amené une évolution de la quantité de mémoire embarquée. En principe, plus cette quantité est élevée, plus la carte graphique a des chances d'être puissante. Mais attention, cette quantité de mémoire peut être plus ou moins véloce en fonction de sa rapidité, mais aussi son adressage exprimé en bits, à savoir par exemple 64 bits, 128 bits, 256 bits ! C'est un paramètre très important, car plus l'adressage et l'échange des données entre le GPU et la mémoire est véloce ou efficace, plus la carte va être logiquement puissante ! De ce fait, il vaut mieux par exemple avoir une carte équipée de 64Mo de ram en 128 bits qu'une autre équipée de 128Mo de ram à 64 bits ! Les cartes avec de la mémoire à 256 bits sont actuellement les plus rapides, car la bande passante est très importante et le GPU peut être alimenté rapidement et correctement en données. Actuellement, 128Mo sont une valeur presque minimum à avoir sur une carte (bien sûr encore en fonction de ce que l'on veut en faire !), à moins de vouloir juste faire de la bureautique où 8Mo peuvent largement suffire ! En contrepartie, si vous voulez jouer avec des jeux récents, 128Mo sont un minimum et 256Mo peuvent même être utiles pour certaines configurations. 512Mo sont actuellement une valeur qui n'est pour le moment pas exploitée ni justifiée et le jour où ils le seront réellement, il y a fort à parier que le GPU de votre carte ne sera plus assez puissant ! Préférez donc une bonne mémoire 128Mo voire 256Mo avec une bonne bande passante plutôt qu'une autre à 512Mo qui va vous revenir plus cher et qui ne vous servira certainement à rien actuellement ! Réinjectez donc cet argent économisé dans un autre composant ou même dans une carte graphique peut-être un peu plus puissante ou offrant d'autres fonctionnalités !

Les options, les sorties VGA et DVI : il peut y avoir une quantité inimaginable d'options sur une carte comme par exemple le monitoring (lecture directe) de la température du GPU, ou encore une sortie TV du type S-Vidéo, et pourquoi pas par exemple une fonction VIVO (Vidéo In, Vidéo Out). Une autre option qui est maintenant devenue un standard, la sortie DVI, apparue en plus de la sortie classique VGA, qui peut même la remplacer, voire même être doublée (deux sorties DVI avec un adaptateur DVI/VGA au cas où) ! Comment, vous ne savez pas ce que cela veut dire ? Pour expliquer simplement, la sortie VGA est la prise sur laquelle se branche le moniteur (l'écran) de votre ordinateur. Elle donne des signaux analogiques. Elle est destinée aux écrans à tubes cathodiques (CRT) qui fonctionnent avec ces types de signaux. La sortie DVI par contre, permet d'avoir directement des signaux numériques et d'attaquer par exemple un écran LCD qui est toujours meilleur en numérique qu'en analogique. Dans le cas où la carte est équipée de deux sorties DVI, un adaptateur DVI/VGA permet de transformer les signaux numériques en analogiques. Dans le cas de deux sorties, il y a aussi fort à parier que la carte soit également capable de gérer deux écrans en même temps ! Cela peut être utile par exemple pour les graphistes ou d'autres professions, mais aussi pour certains joueurs qui aiment assouvir leur passion sur plusieurs écrans !

Les drivers ou pilotes graphiques : ce sont les programmes permettant au système d'exploitation de reconnaître correctement la carte et même d'apporter des mises à jour et des correctifs qui vont amener la carte à être encore plus véloce ou efficace avec l'apparition de nouvelles versions de ces fameux drivers ! Sans ces pilotes, la carte n'est en général que capable d'afficher sommairement les informations en 256 couleurs et rien de plus ! Attention néanmoins, car à chaque carte correspond une certaine génération de drivers, et mettre des drivers trop récents à une carte un peu vieillissante risque au contraire de faire baisser les performances de cette dernière !

Le choix de la marque : en fait, plusieurs fabricants de GPU comme par exemple nVidia ou ATI livrent et fournissent leurs produits à des fabricants de cartes. Ces derniers, lors de la conception puis de la fabrication d'une carte, obtiennent alors des performances presque équivalentes entre elles, quelle que soit la marque pour une même série de GPU et des fréquences équivalentes. Il y a néanmoins certaines différences qui peuvent faire pencher la balance plus d'un côté que de l'autre pour l'acheteur : le look, le refroidissement, le bruit engendré par le système de refroidissement, la marque, la couleur (si, si, ça peut également être un critère d'achat pour certains !), les fonctionnalités, les options, le prix ou l'overclocking ! (et j'en oublie certainement encore comme par exemple le type de mémoire embarquée !)

Les effets ou réglages : en fonction des cartes, les effets ou réglages n'ont pas forcement la même influence ! La qualité de l'image recherchée influe alors directement sur les performances de la carte. Les options recensées sont alors par exemple le FSAA et le Filtrage Anisotropique :

Le FSAA (Full Scene Anti Aliasing). Cette technique consiste à calculer une image en haute résolution pour ensuite l'afficher en basse résolution. Par exemple si un jeu ne peut être utilisé sur votre ordinateur qu'en 800x600 à cause de votre écran ou un autre paramètre physique de l'ordinateur, ce procédé vous permettra d'avoir une image proche d'une résolution en 1600x1200 en supprimant les effets d'escalier qu'il peut y avoir normalement en 800x800. Bien sûr, ceci est au détriment du nombre d'images à afficher par seconde (fps). Du coup, il est préférable de n'utiliser cette technique que dans les jeux où les scènes sont suffisamment lentes pour ne pas se retrouver avec comme je l'expliquais déjà plus haut des scènes saccadées, hachées ou des détails non visibles… Par contre cette technique est souvent employée dans les jeux actuels ou passés avec les applications Direct3D et OpenGL. Dans le cas de jeux anciens, la qualité visuelle des scènes s'améliore considérablement ! Enfin, le FSAA existe en mode 2X, 4X et même plus encore en fonction des différents drivers (pilotes) des cartes avec à chaque fois des améliorations substantielles !

Le filtrage Anisotropique quant à lui, est une technique qui permet d'améliorer le rendu des fonds de scènes et en particulier ceux qui sont relativement lointains (elle donne encore plus d'effets 3D). C'est un complément au FSAA, mais là encore, les performances peuvent considérablement chuter !





<-- L'évolution des cartes graphiquesChoix de la carte -->