Pc-Boost.com : le site de l'actualité informatique, de l'overclocking et de l'optimisation hardware !
Pseudo : Mot de passe :
S'enregistrer

Le passage à la pratique


L’overclocking, qu’est-ce, pourquoi et comment ?
Le passage à la pratique

Passons maintenant un peu à la pratique. Tout d’abord, un overclocking comporte des risques, mais peut aussi aboutir à un gros gain. Tout dépend au départ (on a pu le voir plus haut) du choix de la carte mère, mais aussi du processeur, de son refroidissement et des paramètres qui vont lui être appliqués. En effet, la carte mère a un rôle important, mais le processeur encore plus. Tous ne sont pas égaux face à une possibilité d’overclocking !
Pour une même dénomination (que ce soit chez Intel ou même AMD), et une même fréquence, les caractéristiques peuvent être totalement différentes. En effet, lorsque le fondeur (nom donné au fabricant de processeurs) fabrique des puces, il y a une évolution tout au long de la vie de la série. Tout d’abord, il utilise la gravure (procédé de fabrication) des séries précédentes, puis il améliore cette gravure, puis il passe à une gravure plus fine…
Il y a donc une constante amélioration de la gravure et il peut même y avoir des périodes où le matériau utilisé (silicium) a une meilleure qualité que d’habitude.

De ce fait, lorsqu’il va vendre des processeurs avec une certaine fréquence commerciale, les premiers risquent d’être les moins overclockables alors que les derniers risquent au contraire d’avoir un potentiel hors du commun. Mais là encore, rien n’est précis et évident. Par exemple chez AMD, certaines semaines de fabrication sont excellentes, alors qu’avant ou après, c’est très moyen. Chez Intel, on retrouve la même chose.
C’est ainsi que l’on peut découvrir tout au long de la fabrication certaines séries qui sont super, et d’autres à éviter.

Prenons comme exemple le 1800+ JIUGB 0251 (le mien) comparé à certains autres processeurs comme des 2000+, ou parfois plus, censés être plus performants. C’est une gravure qui permet au processeur de tourner à la fréquence d’origine (1533MHz) avec 0.1V de moins que la tension préconisée au départ et sans aucun problème. Ensuite, en ayant la tension de base (1.6V), il peut monter en fréquence sans aucun problème à un peu plus de 1900MHz (équivalence entre un 2200+ 1800MHz et un 2400+ 2000MHz). Ensuite, en montant la tension de 0.05V, il tient sans problème les 2000MHz avec un bon refroidissement (tension officielle pour cette fréquence). Par contre ensuite, il faut vite monter la tension pour arriver plus haut . Ce n’est donc jamais proportionnel au résultat obtenu en fréquence mais exponentiel ! Certains 1800+ n’arrivent pas à tourner en 1900+ sans augmenter la tension par exemple, ou certains 2400+ commencent à vite chauffer et ne supportent que très mal l’overclocking. Il existe une limite physique à chaque gravure au-delà de laquelle il devient très difficile de monter plus haut ! Il existe par exemple d’autres bonnes séries comme celle d’un correspondant qui a un JIUCB 0251 et qui présente presque les mêmes caractéristiques ! Comme quoi, la semaine et l’année influent aussi sur la qualité ! (dans ce cas, 51ème semaine de l’année 2002)

Ensuite, en fonction de la montée en puissance et des résultats à obtenir, le fondeur va améliorer ses puces en rajoutant par exemple une couche pour stabiliser à une tension inférieure, en optimisant certaines gravures (d’où certains essais avec quelques séries exceptionnelles) et en appliquant certaines recettes qu’il connaît bien avec l’expérience qu’il a pu acquérir pendant de longues années.
Ensuite, il faut connaître les limites de tension à ne pas dépasser (avec tel ou tel autre refroidissement). En général, plus la gravure est aboutie, et plus la montée en tension doit se faire avec délicatesse et avec un certain risque, car elle devient plus fragile que la précédente ! Et surtout ne jamais oublier que le refroidissement est primordial !

En allant sur certains sites, on peut voir quelles sont les tensions appliquées à telle ou telle série, quels sont les séries qui restent limitées… Juste un petit conseil : tapez le code de votre série sur Google par exemple, et vous verrez bien s’il donne quelque chose ou non !
Bon, ensuite il va falloir se lancer (à l’eau) ! Essayer de monter la FSB, puis la tension, puis la fsb… Il faut se dire quelque chose : le processeur va se rôder au fil du temps (si, si, le rodage existe aussi en informatique et peut même être très bénéfique, mais là aussi il peut y avoir des risques lorsque l’on le force !) et il faut y aller doucement (comme avec une jolie fille !), et on peut constater qu’après un certain temps, la fréquence peut être montée un petit peu plus avec la même tension (encore le rodage), mais là encore, tout dépend de la série ! Tous mes overclockings ont été réalisés en plusieurs mois, en essayant et en essayant encore, en testant la stabilité, les performances, les possibilités… J’ai même changé de carte mère, de refroidissement… (mais je savais que ça en valait le coup et le matériel devenait plus évolutif en cas en changement de processeur par la suite (KT133A vers un KT400 pour ceux à qui ça dit quelque chose))

Alors, allez-y doucement sans trop forcer !

Laissez le processeur se roder et s’habituer à chaque fois à sa nouvelle fréquence ! C’est le meilleur moyen d’arriver à l’objectif que l’on peut s’être fixé. N’hésitez pas non plus à utiliser des programmes tels que par exemple Prime95, pour vérifier la stabilité de votre overclocking.(et on pourra ensuite s’en fixer un plus haut la fois suivante !)



Explications sur l’overclockingLa mémoire, coéf/FSB et l'alimentation

Informations


  • Auteur : jeannot61
  • Nombre d'affichages de cette page : 2047
  • Publié le : 15/10/2004 à 13h08

Poster votre commentaire

Vous devez être enregistré et connecté sur Pc-Boost pour poster un commentaire.

Vous pouvez tout de même poster via Facebook.

Vos commentaires